cudjoe

C’est pourtant pas la mort à boire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

27fév.

Je l'ai pas payé cher !

- Je t'ai acheté ça regarde
- Ah! Mais j'en avais déjà un !
- Mais ce sera plus pratique ! Et je l'ai pas payé cher !

Aah, ça m'énerve ! Comme si le prix faible pouvait justifier la consommation inutile !

Pourtant, la majorité des gens se plaignent du fait que les politiques gèrent le monde par l'argent. Serge Latouche le rappelait dans "Prêt à jeter" : "Pour croire à une croissance illimitée dans un monde aux ressources limitées, il faut soit être fou, soit être un économiste. Et le problème c'est qu'on est tous devenus économistes."

Consommer des produits neufs en ayant comme critère le prix final c'est occulter le fait que:

  • ce sera fabriqué dans un pays où les lois sociales n'existent pas
  • ce sera transporté de l'autre bout de la planète
  • des matériaux bons marchés, polluants et non recyclables, seront utilisés
  • ce ne sera pas très solide et résistant

Cela parait pourtant évident ! J'arrive à peine à trouver ça utile de l'écrire... Et pourtant c'est tous les jours qu'il faut se battre ! Évidemment, pas question d'acheter n'importe quoi à un prix élevé, car c'est loin d'être une garantie. Les intermédiaires, les spéculateurs, les importateurs, les transformateurs, les publicitaires et les distributeurs veulent leur part !

Mais par contre on peut très souvent récupérer ou acheter d'occasion ! Pour le même prix, on a quelque chose de meilleure qualité, on débarrasse quelqu'un, et on diminue l'impact écologique ! Mais ce n'est pas ancré dans notre culture, par exemple cela reste délicat d'offrir un cadeau d'occasion, même à quelqu'un qu'on connait bien !

Le truc qui m'énerve le plus, c'est que ceux qui tombent dans le piège du prix final, ont aussi tendance à considérer que celui qui refuse de consommer est un radin ! Aah !

timnoble_suewebster.jpg

16fév.

Prêt à jeter

Dans les pays occidentaux, on peste contre des produits bas de gamme qu'il faut remplacer sans arrêt. Tandis qu'au Ghana, on s'exaspère de ces déchets informatiques qui arrivent par conteneurs. Ce modèle de croissance aberrant qui pousse à produire et à jeter toujours plus ne date pas d'hier. Dès les années 1920, un concept redoutable a été mis au point : l'obsolescence programmée. "Un produit qui ne s'use pas est une tragédie pour les affaires", lisait-on en 1928 dans une revue spécialisée. Peu à peu, on contraint les ingénieurs à créer des produits qui s'usent plus vite pour accroître la demande des consommateurs.

MAJ Le visionnage sur Arte est limité dans le temps. Vous pourrez trouver ce documentaire (ex sur 411) avec les références suivantes :

  • Prêt à jeter - L’histoire méconnue de l’obsolescence programmée
  • Un documentaire de Cosima Dannoritzer

25janv.

Notre poison quotidien

poison-quotidien.jpg

Après Le monde selon Monsanto, Marie-Monique Robin signe un nouveau documentaire : Notre poison quotidien, qui sera diffusé sur Arte le 15 mars prochain.

  • Est-ce que le comportement de Monsanto constitue une exception dans l'histoire industrielle?
  • Comment sont réglementés les 100 000 molécules chimiques qui ont envahi notre environnement depuis la fin de la seconde guere mondiale?
  • Y-a-t il un lien entre l'exposition à ces produits chimiques et "l'épidémie de maladies chroniques évitables" que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a constatée surtout dans les pays dits "développés" ?

17janv.

Manifeste d’économistes atterrés

Je viens de terminer le ''Manifeste d’économistes atterrés''. C'est très intéressant, et surtout ça sera bien utile de le relire quand la propagande pour les élections de 2012 aura atteint les repas en famille.

Fausses Évidences

  • N°1: LES MARCHES FINANCIERS SONT EFFICIENTS
  • N°2: LES MARCHES FINANCIERS SONT FAVORABLES A LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE
  • N°3 : LES MARCHES SONT DE BONS JUGES DE LA SOLVABILITÉ DES ÉTATS
  • N°4 : L'ENVOLÉE DES DETTES PUBLIQUES RÉSULTE D'UN EXCES DE DÉPENSES
  • N°5 : IL FAUT RÉDUIRE LES DÉPENSES POUR RÉDUIRE LA DETTE PUBLIQUE
  • N°6: LA DETTE PUBLIQUE REPORTE LE PRIX DE NOS EXCES SUR NOS PETITS-ENFANTS
  • N°7 : IL FAUT RASSURER LES MARCHES FINANCIERS POUR POUVOIR FINANCER LA DETTE PUBLIQUE
  • N°8: L'UNION EUROPÉNNE DÉFEND LE MODELE SOCIAL EUROPÉEN
  • N°9: L'EURO EST UN BOUCLIER CONTRE LA CRISE
  • N°10: LA CRISE GRECQUE A ENFIN PERMIS D'AVANCER VERS UN GOUVERNEMENT ÉCONOMIQUE ET UNE VRAIE SOLIDARITÉ EUROPÉENNE

Le livre suggère une adoption progressive des résolutions, par les pays qui voudraient montrer l'exemple. On peut se demander quand-même, au vu de la bienveillance des solutions et du banditisme des politiques en place, à quel point il est possible de les faire entendre sans remise à plat totale (guerre, révolution, effondrement du système, disparition de 80% de l'humanité, ...).

22nov.

Je suis du côté des opprimés

Tant qu'on sera dans une situation, où la sécurité d'un Israélien est plus importante que la vie d'un Palestinien, on sera dans une situation d'inégalité totale, qui ne peut déboucher que sur des confrontations.

Alain Gresh, chez Mermet, De quoi la Palestine est-elle le nom ?

banksy-table_bgrd_12_2USA.jpg

26oct.

Soyons les gardiens de notre esprit

La politique n'est pas un bon objet à présenter à son esprit : elle prétend réduire la réalité à quelques principes et rate l'essentiel. Elle se perd dans un discours logique et opportuniste, rationaliste et utilitaire, qu'elle prend et tâche de faire passer pour la réalité.
Si l'on ne veut pas perdre le sens des choses et de soi-même, il convient de ne pas trop se familiariser avec ce type de discours, car à la longue ce qui est conventionnel se révèle être aussi mauvais que ce qui est impur. Ces schémas de pensée laissent inévitablement une trace dans notre esprit. S'ils nous deviennent familiers, ils deviennent notre pensée.
Or une telle pensée, désincarnée, superficielle et systématique, nous éloigne de nous-même et du monde réel ; nous devenons alors pantin de la réalité renversée du politique -- renversée en ce qu'alors la pensée et la politique précèdent l'individu, alors que ce dernier en est la véritable source.

Petité traité de désobéissance civile, Chloé di Cintio. La désobéissance civible, Henry David Thoreau.

12oct.

La France vue par le Vénérable Professeur Kuing Yamang

(via Ju) :-D

...et la version UMP

06oct.

On les connaissait en noir et blanc

laurelhardy1.jpeg

Les voici en couleur laurelhardy2.jpeg

(merci JCL !)

02oct.

Le trésor des retraites

Bernard Friot a écrit Les Retraites, un trésor impensé dans le Diplo, a sorti un bouquin L’enjeu des retraites, et a été l'invité de Là-bas si j'y suis le mois dernier.

Il explique de manière très simple ce qui se passe dans le système de solidarité intergénérationnelle. Et il nous donne les arguments pour contrer les idées préconçues qu'on entend dans les médias, et donc chez notre ami Monsieur Toulemonde.

eric-woerth-retraites.jpg

Il parle de bobard démographique

A quoi sert une population qui est définie par une caractérisation biographique? L’âge, le genre, la nationalité… Comme catégorie de l’action publique, elle sert d’instrument de pression à la baisse sur les droits de tous, il faut parler de cette affaire et bien comparer la question des jeunes et la questions des vieux. Il faudrait sauver l’emploi de cette catégorie, et pour sauver l’emploi, on casse le salaire. Il s’agit d’inventer en permanence. Si on veut faire une pression à la baisse sur les salaires, qui est central dans le capitalisme, il faut qu’il y ait en permanence des réserves de main-d’oeuvre.

Il parle d'arithmétique de café du commerce.

La publicité du gouvernement dit : «En 1960, 4 actifs pour 1 retraité, 2 actifs pour 1 retraité en 2010, et 1 actif pour 1 retraité en 2050, donc il y a problème»

Il rétorque :

  • En France, en 1900, il y avait 30% d’agriculteurs, il y en a aujourd’hui 3%. Est-ce la famine ?
  • On voit bien l’absurdité, nous sommes passé de 4 actifs pour 1 retraité, à 2 actifs pour 1 retraité en 2010 sans aucun problème.
  • Nous travaillons de moins en moins, et c’est tant mieux, pour produire plus.

Il a une idée bien simple

Il suffit d'augmenter le taux de cotisation patronale d'autant que le PIB augmente.

Le problème date de 1996, avec le gel du taux de cotisation. De 1945 à 1996, la hausse du PIB avait progressé régulièrement, le taux de cotisation passant de 8 à 26% du salaire brut.

  • Depuis, en 14 ans on a perdu 7% de cotisation
  • En 14 ans les dividendes dans le PIB (versées aux actionnaires) sont passées de 2 à 9%
  • Il suffit de refaire passer les 7% des dividendes vers les cotisations.
  • Puis à raison d'une augmentation de 0.5% de la part de cotisation par an (1/6 du taux de croissance), nous serons à 20% du PIB en 2050.

Il conclut

Être révolutionnaire, ce n'est pas faire table rase. Aujourd'hui être révolutionnaire c'est prolonger les tremplins, c'est voir ce qu'il y a de subversif dans la réalité actuelle, non pas la chercher dans un ailleurs qui n'existe pas, ce n'est pas faire un pas de côté dans l'utopie, l'utopie est toujours en retard sur la réalité. C'est prolonger ce qu'il y a déjà de neuf, de vivant, dans le réel. Il faut sortir de cet incroyable défaitisme collectif. Et pour ça mettre en valeur ce qui est déjà expérimenté avec succès.

bernard-friot.resized.jpeg

01oct.

Mais ...

De quel droit veux-tu m'aider ?

(Un Afghan à un Français.)

17sept.

Soutien aux touaregs !

Non, les français qui se sont fait kidnappés ne sont pas innocents. Ils louent leur intelligence à une entreprise qui souille les territoires du Niger depuis 45 ans. La faune a totalement disparu. Les nappes phréatiques sont polluées. La population fait face à des sérieux problèmes de santé publique. Alors, non, ne parlons pas de rebelles ou de terroristes. Ou retournez voir Avatar.

contamination-uranium-afriq.jpg

“On n'oublie seulement une chose, c’est qu’une grande partie de l’argent qui est dans notre porte monnaie vient précisement de l’exploitation depuis des siècles de l’Afrique, pas uniquement, mais beaucoup vient de l’exploitation de l’Afrique. Alors, il faut avoir un petit peu de bon sens, je ne dis pas de générosité,de bon sens, de justice, pour rendre aux africains je dirais ce qu’on leur a pris d’autant que c’est nécessaire si l’on veut éviter les pires convulsions, difficultés avec les conséquences politiques que ça comporte dans le proche avenir”. Jacques Chirac.

31août

Article 21 de la Déclaration des droits de l'homme

Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l'intermédiaire de représentants librement choisis.

18août

Le recyclage du verre est absurde

En France :

  1. le consommateur dépose la bouteille vide dans des conteneurs
  2. le verre est collecté (ramassage par véhicules dédiés)
  3. le verre est trié
  4. le verre est débarrassé de ses impuretés (bouchon, étiquettes, etc. )
  5. le verre est fondu à plus de 1500 degrés et moulé en forme de bouteille
  6. le vignoble reçoit la bouteille
  7. la bouteille est lavée
  8. la bouteille est livrée au supermarché
  9. le consommateur ramène la bouteille pleine chez lui, et la boit.

Dans un pays où le verre est consigné :

  1. le vignoble reçoit la bouteille
  2. la bouteille est lavée
  3. la bouteille est livrée au supermarché
  4. le consommateur dépose une bouteille vide au supermarché
  5. le consommateur ramène la bouteille pleine chez lui, et la boit.

En Allemagne, par exemple, on trouve même l'eau dans des bouteilles en verre.

Recyclage-Denis-Truchi.jpg

C'est hallucinant de considérer que la gestion du verre en France relève du développement durable et du recyclage, vu toute l'énergie qui est utilisée pour collecter, fondre et remouler les 2 millions de tonnes de verre par an (sur 3,5 millions produites).

Ça date du choc pétrolier de 1974, mais on continue à se vanter que le "recyclage" du verre a permis d'économiser 800 tonnes de sable en 2005, que la substitution de 10 % de matières premières dans le four verrier par du verre récupéré fait gagner 2,5 % de l'énergie nécessaire à la fusion (whao...), qu'une tonne de verre recyclé et refondu permet ainsi d'éviter l'émission de 500 kg de CO²...

Absurde.

12août

Défendre les logiciels libres

« Toutes les libertés dépendent de la liberté informatique, elle n’est pas plus importante que les autres libertés fondamentales mais, au fur et à mesure que les pratiques de la vie basculent sur l’ordinateur, on en aura besoin pour maintenir les autres libertés. Profitant de la faiblesse de la démocratie contemporaine, les grandes entreprises sont en train de prendre le contrôle de l’État, ce sont elles qui contrôlent les lois, pas les citoyens. »

Richard Stallman, 2006, via Framasoft

09août

L'Europe des fripons

Il n’y a plus aujourd’hui de Français, d’Allemands, d’Espagnols, d’Anglais même, quoiqu’on en dise ; il n’y a que des Européens. Tous ont les mêmes goûts, les mêmes passions, les mêmes mœurs, parce que aucun n’a reçu de forme nationale par une institution particulière. Tous dans les mêmes circonstances feront les mêmes choses ; tous se diront désintéressés et seront fripons [1]; tous parleront du bien public et ne penseront qu’à eux-mêmes ; tous vanteront la médiocrité et voudront être des Crésus ; ils n’ont d’ambition que pour le luxe, ils n’ont de passion que celle de l’or. Sûrs d’avoir avec lui tout ce qui les tente, tous se vendront au premier qui voudra les payer. Que leur importe à quel maître ils obéissent, de quel Etat ils suivent les loix ? Pourvu qu’ils trouvent de l’argent à voler et des femmes à corrompre, ils sont partout dans leur pays.

Jean-Jacques Rousseau, Écrits politiques, 1771-1772.

Notes

[1] Fripon: Personne malhonnête, fourbe, qui vole autrui par ruse.

06août

Tiens au fait, je suis contre la fusion nucléaire

Dans la série, je suis contre tout, et on va finir par me faire regretter le pétrole, je viens exposer les doutes quant à l'utopie technologique de l'énergie infinie apportée par la fusion nucléaire.

banderoleCadarache.JPG

Pour faire de la fusion, il faut des atomes aux noyaux légers. En l'occurrence du deutérium, que l'on trouve en très faible quantité dans l'eau de mer, et du titrium, introuvable sur terre et que l'on souhaite produire à partir de lithium.

  • le lithium n'est pas facile à extraire, et n'est pas présent sur tous les continents (Chili, Bolivie, Canada, Etats-Unis, Afghanistan, ...)
  • quelques grammes de titrium servent à faire une bombe atomique
  • il faut un réacteur qui résiste aux neutrons 10 fois plus puissants que ceux de la fission, dont l'impact transformera celui-ci en produit radioactif.
  • il faut remplacer un cinquième des parois du réacteur tous les ans, dont la radioactivité sera de l'ordre de grandeur de celle d'un coeur de centrale actuelle

icare_2.jpg

Frédéric Marillier de Greenpeace dénonce le projet :

« La fusion nucléaire pose exactement les mêmes problèmes que la fission nucléaire, y compris la production de déchets radioactifs et les risques d'accidents nucléaires et de prolifération »

Le physicien Sébastien Balibar, de l'École normale supérieure observe :

« On nous annonce que l'on va mettre le Soleil en boîte. La formule est jolie. Le problème, c'est que l'on ne sait pas fabriquer la boîte »,

Sources :

  • Manière de Voir #112, Aout-Septembre 2010 (il va inspirer plusieurs billets ce numéro!)
  • ITER

04août

La belle Bio

Aujourd'hui tous les emballages sont verts dans les supermarchés, et même les poêles à fuel sont verts.

greenwashing.jpg

Les produits Bio ne montrent pas toujours l'exemple en terme d'emballage ou de provenance. Monsieur Jourdain, par manque d'information, se demande même à quoi ça sert, et se dit que c'est une belle arnaque tout ça.

À l'intérieur d'un supermarché, on lui donnerait bien raison. Au marché, devant l'étalage du producteur qui soigne ses clients, on a envie de lui donner tort.

À propos du prix, l'argument ne tient pas toujours en fonction des produits, des points de vente et surtout des habitudes alimentaires. Manger des quiches surgelées bio, oui c'est cher. Mettre des légumes au four en vrac avec un blanc de poulet fermier c'est pas cher.

Mais de toutes façons, il ne faut pas se leurrer, le Bio coûte forcément plus cher puisqu'on ne produit pas les mêmes quantités. Si les consommateurs veulent du Bio au même prix que les infamies produites industriellement, alors les marques devront délocaliser la production pour maintenir le prix et on ne règlera pas le problème.

Au final, certains consommateurs, dont je fais partie, sont prêts à payer pour avoir de la nourriture de haute qualité, sans OGM. Toujours face au problème de l'obligation d'informer, il faudrait un label très exigeant, qui ne tolère ni pesticides, ni ogm, ni stress de la terre. Ce qui n'est pas le cas du label bio européen.

On pourra dire que le petit producteur peut tricher plus facilement, je lui fais quand-même plus confiance qu'à Édouard Leclerc. Et quitte à manger des produits toxiques, je préfère enrichir les artisans que les industriels.

Tiens, tu me files une clope s'te plait ?

20juil.

De l'obligation d'informer

On ne peut pas dire que l'on est en démocracie quand les gouvernements s'arrangent pour que personne ne participe aux décisions importantes (dernier exemple en date : l'ACTA) et que les médias de masse ne relatent aucune information sur celles-ci (dernier exemple en date : silence complet sur l'autorisation des OGMs).

social-media-democracy.jpg

Il se passe la même chose pour le consommateur. Comment est-ce possible de choisir un produit quand on n'a pas d'information sur sa provenance, la provenance de ses ingrédients, le pourcentage d'OGM, l'alimentation de l'animal, l'utilisation de produits pétrochimiques, d'antibiotiques, d'hormones, de nanotechnologies, le taux de recyclage de l'emballage, une estimation de la quantité de pétrole nécessaire, la toxicité, la durée et l'intensité de la toxicité... ? Ça pourrait être traduit facilement par un jeu de 2-3 pastilles de couleur sur le produit ! Le marché est guidé par la demande, qui est plutôt guidée par la publicité que par l'information[1], ainsi il est peu probable que l'offre se transforme en profondeur !

On comprend bien que le choix est illusoire, puisque la transparence est considérée comme une utopie. Sans information, et sans contrôle objectif de l'information, impossible de choisir. Il ne nous reste que notre sensibilité, nos convictions et nos connaissances bien souvent limitées.

Notes

[1] Notez que la différence entre les deux n'est pas toujours claire. Baudrillard explique bien que la demande est devenue le produit de la société de consommation.

14juil.

Paul le poulpe

paul.jpg

30juin

Le plan «France Numérique 2012»

francenumerique2012.png

via Frédéric Couchet

(hey ! au moins c'est pas du Microsoft !)

- page 2 de 8 -