La surveillance qui découle de l'utilisation des services tel que Gmail ou Facebook est bien différente de la surveillance active telle qu'on l'imagine avec le FBI, les RG, le KGB ou la Stasi, qui eux ciblent les écoutes sur une liste limitée (par leurs moyens) de personnes.

La surveillance, ici, est passive. Les données de tous les utilisateurs sans distinction sont emmagasinées, sans analyse individuelle ciblée [1]. Par contre, cela va beaucoup plus loin que la surveillance active en temps réel, puisqu'il sera possible d'analyser les données accumulées dans le passé.

Internet-et-vie-privee-ma-vie-ca-vous-regarde.jpg

Et aujourd'hui, il est très difficile de définir ce qui pourrait déclencher cette analyse dans le futur ! L'apparition de mon visage dans une manifestation contre la guerre au Vénézuela ? La publication sur mon blog d'un lien vers un Mp3 sous copyright ? La critique d'un discours du président ? Le relais d'une information jugée anarchiste ? Une explication technique pour chiffrer ses communications ?

Je n'ai absolument pas confiance en l'avenir concernant l'ouverture d'esprit des futurs gouvernements. Et quand on croise les données en fouillant dans le passé, on peut facilement orienter les profils et les conclusions.

Aujourd'hui plusieurs millions d'utilisateurs s'estiment heureux et satisfaits de l'état de la balance Service rendu / Inconvénients, on peut parler de "vie privée en tant que monnaie" pour utiliser ces sites. Mais je suis persuadé qu'il ne s'agit pas seulement d'une question de confidentialité à un instant donné, mais bel et bien d'un phénomène qui a des répercutions à très long terme.[2] Peut-on jamais être innocent ?

Notes

[1] Enfin, sachons que plusieurs personnes se sont déjà faites épinglées par la justice grace aux infos que leur avaient fournies Google, Yahoo ou Facebook.

[2] Les entreprises comme reputation-squad se contentent de noyer le négatif dans du positif, ce qui n'est pas suffisant.