S'il y a des choses fortes qui m'impactent quand je repense à l'Argentine, c'est bien le poids du passé de la dictature. Il faut bien voir que ce n'est pas une époque lointaine, ça s'est passé hier. Les Argentins de ma génération sont nés à la fin du régime militaire.

Le Mardi 20 Avril 2010, à l'age de 82 ans, Reynaldo Bignone, le dernier chef de la junte militaire argentine, a été condamné à vingt-cinq ans de prison pour son implication dans l’enlèvement, la torture et d’autres crimes contre l’humanité.

Aujourd'hui, j'ai écouté une émission de Mermet, diffusée en 1995, qui rend hommage aux Mères de la Place de Mai, les mères des disparu(e)s de la dictature Argentine, formée à la torture par les militaires Français retraités de la guerre d'Algérie.

grâce au player Flash de JeroenwiJering.com