"Le capitalisme est le pire mal qui frappe l'humanité", a-t-il dit.

Il a de nouveau accusé les États-Unis de promouvoir les actions déstabilisatrices envers son gouvernement. L'Organisation des Nations Unies, l'Union Européenne et l'Union des Nations Sudaméricaines ont renouvellé, séparément, leur soutien complet au processus de pacification dans laquelle se trouve le pays.

Pendant ce temps, une campagne Anti-Évo se met en place. Branko Marinkovic, défenseur de l'autonomie, président d'une grosse entreprise de soja et par coincidence issu d'une famille nazie, a prévu une tournée dans différents pays (Argentine, Paraguay, Brésil, Chili) pour dénoncer la dictature d'Évo. J'espère qu'il se prendra une balle dans la tête c'ui là, tiens.