Le retour est difficile, surtout l'arrivée à l'aéroport, on est accueilli par une horde de vilains travailleurs. Tous prostitués pour ce pays de l'Or noir, aussi bien ces occidentaux que ces pauvres malheureux de l'Asie. Maintenant quand je vois ces pauvres ouvriers avec leur pioche sous le bras, je ne peux plus m'empêcher de penser à ces Sri Lankais Rastas, spliffs et planches de surf. Quel monde.

Dans cette salle d'attente de la clinique, les gens me regardaient bizarrement. Quoi j'ai pas le droit de lire Courrier International ? ...ah oui je vois. Une page sur deux c'est une pub pleine page pour de l'alcool. Apparemment mes voisins n'aiment pas être nez à nez avec Jack Daniel's, Grimbergen ou Get27. Je ferai attention en tournant les pages...

Le Qatari moyen est vraiment un beauf. Il s'achete la dernière Ford Mustang ou le Land Rover Sport et laisse les plastiques sur les sièges. Ce n'est pas un, ni deux, mais des centaines ! On voit même parfois le plastique effrité tout crade !

Les chauffages d'appoint sont en rupture de stock dans tous les magasins. On voit même des gens qui se promènent enroulés dans des couvertures. Je me suis même pris au jeu, puisque je ne sors plus sans mon manteau d'hiver. Suis-je donc devenu frileux ? Avec 14 degrés, j'ai froid, alors que 5km en vélo par -15 ne me faisait pas peur à Munich !

...vivement que je rentre.