cudjoe

C’est pourtant pas la mort à boire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Keyword - palestine

Fil des billets - Fil des commentaires

14janv.

Tribunal Russell sur la Palestine

Comme le soulignait steph dans les commentaires, Stéphane Hessel, 93 ans, résistant, a publié Indignez-vous!, 22 pages, 3€, déjà vendu à 500 000 exemplaires, en tête du Top 20 etc...

Outre l'indignation face au démantèlement minutieux du Programme du Conseil national de la Résistance par les politiques en place, il souligne que la principale indignation dans le monde est bien le conflit israelo-palestinien.

stephane-hessel-AP-photo.jpg

Ce grand monsieur a créé le Tribunal Russell sur la Palestine pour « mobiliser les opinions publiques pour que les Nations unies et les États membres prennent les mesures indispensables pour mettre fin à l’impunité de l’État d’Israël, et pour aboutir à un règlement juste et durable de ce conflit »

4 sessions

  • Barcelone, Mars 2010 : responsabilités de l'Europe
  • Londres, Novembre 2010 : les entreprises complices d'Israël
  • Johannesburg : responsabilités de l'ONU
  • New-York : la synthèse.

Les membres

  • Noam Chomsky
  • Raymond Aubrac
  • Eduardo Galeano
  • Albert Jacquard
  • Ken Loach
  • Naomi Klein

Je n'ai mis ici que ceux que je connaissais, mais attention, la liste est impressionnante de personnalités éminentes !

22nov.

Je suis du côté des opprimés

Tant qu'on sera dans une situation, où la sécurité d'un Israélien est plus importante que la vie d'un Palestinien, on sera dans une situation d'inégalité totale, qui ne peut déboucher que sur des confrontations.

Alain Gresh, chez Mermet, De quoi la Palestine est-elle le nom ?

banksy-table_bgrd_12_2USA.jpg

14juil.

Paul le poulpe

paul.jpg

11mar.

indignation

indignation : (n. f.) Sentiment de colère qui peut être mêlé de mépris qu'excite une injustice criante, une action mauvaise ou honteuse

  • Israël annonce (encore!) un projet de construction de 1600 logements en Cisjordanie occupée, à Ramat Shlomo dans Jérusalem-est.
  • Nétanyahou, fils d'historien, a décidé d’inclure des Lieux saints[1] de Cisjordanie occupée au patrimoine national israélien.
  • Alliot-Marie considère que « Le CRIF est un interlocuteur essentiel de l’Etat », alors qu'il représente 1,5% de la population ! Est-ce que les rapports entre la France et la Russie passe par ses associations de chrétiens orthodoxes ?

Comme d'habitude, les autorités baillonnent les critiques envers la politique colonialiste du gouvernement d'Israel, en faisant l'amalgame avec le racisme anti-Juif. Comment peut-on laisser Israël réclamer la modération et la mesure du côté palestinien ?

Notes

[1] le caveau des Patriarches, à Hébron, et le tombeau de Rachel, à Bethléem

06janv.

Frontières...

Les frontières d’Israël ne sont pas définies et reconnues par l’ensemble de la communauté internationale. Elles ont évolué au cours de son existence et sont contestées par certains pays. Leur évolution historique, le droit international, les revendications politiques et historiques les concernant sont un sujet complexe et controversé.

Achevée en mars 1949, la définition du territoire israélien est avantageuse par rapport au plan de partage: 77% du territoire de la Palestine mandataire (21 000 km²) contre 55% prévus par le plan de partage. L'ONU ne condamne ni n'approuve cette modification née de la guerre. En pratique, les grandes puissances l'acceptent.

frontieres-israel.jpg

En 1967, l'Égypte et la Syrie massent des troupes à la frontière, et annoncent leur volonté de rayer Israël de la carte. Les Israéliens lancent une attaque préventive et envahissent la péninsule du Sinaï égyptien et le plateau du Golan syrien. La Jordanie attaque alors Israël, mais est vaincue à son tour. En six jours, Israël bat ces trois armées arabes et double la taille du territoire qu'il contrôle en s'emparant du Sinaï et du Golan, et des 27% de la Palestine mandataire qui avaient échappé à Israël en 1948-1949.

On voit aussi apparaître, dès la première moitié des années 1970, des colonies illégales, souvent organisées par le courant nationaliste religieux. Cette politique d'implantations illégales reste très répandue jusqu'en 2005 chez les militants du Grand Israël, face à des autorités souvent passives.

palestinian-loss.jpg Source

50 000 colons en 1987, avant la première Intifada, 100 000 colons en 1993, avant les accords d'Oslo, 200 000 colons en 2000 avant la seconde Intifada, 245 000 fin 2005. Les zones fortement peuplées de Palestiniens sont également visées, pas seulement les zones vides. Les terres palestiniennes sont largement confisquées, pour construire des colonies, des routes, des postes militaires, ou simplement pour éviter les constructions arabes.

À ces colonies, il faut ajouter les quartiers juifs de Jérusalem-Est. Après 1967, Israël a réunifié Jérusalem, contre le gré des habitants de la partie arabe. Des quartiers juifs se sont construits dans les zones non-peuplées. Ils comptent en 2005 environ 200 000 habitants juifs.

800px-Israeli_West_Bank_Barrier.jpg

Long de 730 km, le mur-barrière englobe la majeure partie des colonies israéliennes et la quasi-totalité des puits. Il s'écarte à certains endroits de plus de 23 kilomètres de la ligne verte (frontières 1949).

Résister à l'impérialisme ce n'est pas du terrorisme.