cudjoe

C’est pourtant pas la mort à boire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Keyword - ecologie

Fil des billets - Fil des commentaires

05mar.

Un vélo ? Paye ton CO2 !

Une collègue racontait que pendant l'éruption du volcan ijyhllyuuhuy[1], il n'y avait plus de vélos au rayon décathlon. Le vendeur justifiant la situation par un banal "bah oui ! plus aucun avion ne vole !"

Effectivement, les vélos b'Twin sont fabriqués à 80% en Chine. Quand on achète un vélo chez eux, il ne faut donc pas s'imaginer sauver la planète en roulant avec. Le CO2 nécessaire pour son acheminement (assemblage et peinture en Europe de l'Est) n'est pas amorti d'un jour à l'autre !

Par contre, il y a des marques qui sont fabriquées en France, et même décathlon est en train de relocaliser l'assemblage des vélos haut de gamme en France... Il reste de l'espoir :)

Notes

[1] vous voyez celui dont je veux parler...

04août

La belle Bio

Aujourd'hui tous les emballages sont verts dans les supermarchés, et même les poêles à fuel sont verts.

greenwashing.jpg

Les produits Bio ne montrent pas toujours l'exemple en terme d'emballage ou de provenance. Monsieur Jourdain, par manque d'information, se demande même à quoi ça sert, et se dit que c'est une belle arnaque tout ça.

À l'intérieur d'un supermarché, on lui donnerait bien raison. Au marché, devant l'étalage du producteur qui soigne ses clients, on a envie de lui donner tort.

À propos du prix, l'argument ne tient pas toujours en fonction des produits, des points de vente et surtout des habitudes alimentaires. Manger des quiches surgelées bio, oui c'est cher. Mettre des légumes au four en vrac avec un blanc de poulet fermier c'est pas cher.

Mais de toutes façons, il ne faut pas se leurrer, le Bio coûte forcément plus cher puisqu'on ne produit pas les mêmes quantités. Si les consommateurs veulent du Bio au même prix que les infamies produites industriellement, alors les marques devront délocaliser la production pour maintenir le prix et on ne règlera pas le problème.

Au final, certains consommateurs, dont je fais partie, sont prêts à payer pour avoir de la nourriture de haute qualité, sans OGM. Toujours face au problème de l'obligation d'informer, il faudrait un label très exigeant, qui ne tolère ni pesticides, ni ogm, ni stress de la terre. Ce qui n'est pas le cas du label bio européen.

On pourra dire que le petit producteur peut tricher plus facilement, je lui fais quand-même plus confiance qu'à Édouard Leclerc. Et quitte à manger des produits toxiques, je préfère enrichir les artisans que les industriels.

Tiens, tu me files une clope s'te plait ?

02fév.

L'Aquifère Guarani, présence militaire

En 2000, le Parti républicain nord-américain a publié un document qui présentait la nécessité de garantir « que les pays de l’hémisphère sud ne soient pas hostiles à nos préoccupations concernant la sécurité nationale ». Dans un autre rapport des anciens conseillers de Reagan et de Bush père, il est dit que les Etats-Unis doivent s’assurer «de la disponibilité des ressources naturelles de l’hémisphère sud pour répondre aux priorités nationales ».

Aux États-Unis, 40% des cours d’eau et des lacs sont pollués, tout comme les aquifères tels que l’Ogallala, qui s’étend sur huit Etats du Dakota du Sud au Texas.

En février 2004, Andrew Marshall avertissait le président Bush des effets préjudiciables du réchauffement planétaire à court terme, dont le manque d’eau potable, recommandant aux Etats-Unis de prendre les mesures voulues pour pouvoir s’approprier cette ressource stratégique, là où elle se trouvait et quand cela serait nécessaire.

Paraguayos protestaron el miércoles en Asunción contra la presencia de Donald Rumsfeld FOTO Reuters

En 2005, Donald Rumsfeld se rend au Paraguay pour obtenir des Etats de la région l’immunité pour ses propres soldats. Prétendant une concentration possible d’activités terroristes et de narcotrafic dans la zone de la dénommée Triple Frontière, Washington positionne ses pions autour de l'aquifère pour commencer les expropriations.

Le magnat états-unien Douglas Tompkins, créateur de la marque North Face, a acheté 230 000 hectares dans la région de Corrientes (Esteros del Ibera), une des zones de décharge de l'aquifère les plus grandes.

iguazucopter.jpg

Aujourd'hui les 500 soldats nord-américains occupent un cercle qui est au coeur de l'Aquifère Guarani, à Mariscal Estigarriba. Le FBI a également ouvert un bureau à Asunción. En plus d'être à quelques kilomètres des barrages hydroélectriques Itaupú et Yaciretá, Washington se rapproche des ressources pétrolières de Bolivie, qu'Évo Morales a nationnalisé.

En 2008, les paraguayens ont élu Fernando Lugo, défenseur du nationnalisme économique. Les États-Unis voient en lui un dangereux communiste qui place son peuple avant les intérêts de leur empire.

La conservation et la protection de l'aquifère ne peut se faire que dans un cadre colaboratif entre l'Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay. La stabilité politique et l'entente de ces pays est primordiale pour que les lois s'unifient et que l'aquifère soit protégé.

(Je ne trouve rien sur ce qu'aurait pu exprimer Obama à ce sujet.)

Sources :

26janv.

L'Aquifère Guarani, surexploitation et pollution

L'Aquifère Guarani est connecté à diverses lagunes, rivières, soit pour se charger en eau, soit pour se décharger.

acuifero-carga-descarga.jpg

Il est connecté aux lagunes d'Ibéra, la zone humide la deuxième plus grande du continent. Sa surface est recouverte d'une forêt extrèmement riche : la Forêt Atlantique.

Depuis des millénaires, les peuples locaux ont toujours orienté leurs pratiques autour du respect et de la protection de l'eau et de l'environnement. Les élements de la nature sont la base de la cosmogonie, des mythes, des rituels, de l'iconographie, des légendes et des divinités Guaranis. Les individus avaint parfaitement intégré le fait que toute atteinte à un de ces éléments nuirait à l'ensemble de la communauté et à l'équilibre de son environnement.

Expedicao Fotografica de Olho nos Mananciais 01/06/08 Aldeia Guarani Tenonde Pora - Foto: Cintia akae

Dans notre société moderne, résultat du soi-disant progrès, le système capitaliste, seul modèle soi-disant viable, transforme ces éléments en marchandise et les exploite sans intégrer leur conservation dans l'équation économique.

Urbanisation

  • Ces trentes dernières années, la source a permis le développement d’un grand nombre de villes-champignons.
  • Il n'y a pas d'usines de traitement des eaux usées dans les zones urbaines
  • L’intensification du bétonnage empêche la recharge naturelle par infiltration des eaux de pluie.

Industrie

  • Les multinationales s'approprient les eaux pour leurs complexes industriels de cellulose ou de sodas
  • L'exploitation des eaux leur est offerte en échange des emplois (main d'oeuvre non qualifiée)
  • L'industrie pétrolière a tendance à se débarasser de ses déchets dans les rivières
  • Le tourisme thermal représente environ 10% des eaux extraites

Agriculture

  • La forêt atlantique est la forêt tropicale la plus menacée du monde, les arbres sont remplacés par des champs. (il n'en reste que 8%)
  • On y cultive le fameux soja transgénique (99% en Argentine) et on y déverse à outrance des tonnes d'engrais et pesticides
  • Le bio-carburant du Brésil, l'éthanol, l'alcool de canne à sucre, épuise les sols et consomme des quantités astronomiques d'eau
  • Les puits, officiels ou clandestins, font le bonheur des grands propriétaires terriens qui y puisent à loisir pour irriguer leurs immenses champs
  • Certains agriculteurs font leurs mélanges agro-chimiques directement dans les puits

avion-pesticide.jpg

L'Aquifère Guarani est en danger. Nous sommes dans un système économique qui survit dans un hémisphère parce qu'il tue et détruit dans l'autre.

Ce n'est pas sain d'être bien dans une société profondément malade.

23janv.

L'Aquifère Guarani

C'est le sujet de la thèse d'une amie. J'ai eu l'occasion de participer à la traduction en anglais pour qu'elle la présente au Forum Social Mondial, qui se déroule en ce moment à Bélem, Brésil. Ça m'a donné envie de faire une petite série pour présenter cette merveille, et son massacre.

Un aquifère est une couche de terrain/roche, suffisamment poreuse et perméable pour contenir une nappe d'eau souterraine.

L'Aquifère Guarani s'est formé il y a environ 200 millions d'années et s'étend sur 4 pays: Brésil, Uruguay, Paraguay et Argentine. Son nom vient de la zone où vivent les Indiens Guaranis, près des chutes d'Iguazu. (rappellez-vous du film Mission)

Aquiferoguarani.jpg

Sa taille est mal connue, mais il s'étendrait sur 1 200 000 km² (3 frois la France) et contiendrait 55 000 km³ d'eau (la surface de la France recouverte par 100m d'eau), 55 000 000 000 000 litres :)

Il est le troisième aquifère de par sa taille après le Bassin de Nubie (Nil) et le Système Aquifère du Sahara Septentrional, mais le premier en terme de capacité de recharge, puisqu'il reçoit entre 160 et 250 km³ d'eau chaque année.

L'exploitation de 80 km³ d'eau douce par an, considérée comme rationnelle, pourrait fournir 300 litres d'eau par jour à 720 millions de personnes. (il y a actuellement 551 millions de sud américains).

...mais nous verrons comment l'aquifère et les merveilles naturelles auxquelles il est connecté sont mis en danger par la pollution et la surexploitation au Brésil et en Argentine, comment les forces militaires étrangères (surtout États-Uniennes) tentent d'en prendre le controle notamment au Paraguay, comment les universités sud-américaines sont exclues du savoir sur leur aquifère et comment les multinationales en tirent profit sous couvert de la Banque Mondiale.

L'Ordre Mondial, mené par la fine équipe des États-Unis devrait bientôt trouver des terroristes cachés par là-bas... les prochaines guerres seront pour l'eau.

Comme le dit Galeano, le plus grand malheur de l'Amérique du Sud, ça aura été d'avoir autant de richesses naturelles.