cudjoe

C’est pourtant pas la mort à boire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Keyword - écologie

Fil des billets - Fil des commentaires

16mar.

Notre poison quotidien, vu !

Hier soir était diffusé Notre poison quotidien sur Arte. L'auteure montre que l'industrie agroalimentaire utilise les mêmes pratiques qui avaient été mises en évidence dans son autre docu Le Monde selon Monsanto.

  • Il n'y a pas de transparence sur la toxicité,
  • Les études indépendantes sont écartées,
  • Les organismes de contrôles sont constitués de gens qui ont des liens avec les industriels,
  • Le profit des industriels est placé devant l'intérêt des consommateurs.

J'étais ravi de voir abordés des sujets que j'avais déjà effleurés ici:

Le docu m'a fait penser à une réflexion d'un Indien dans Solutions Locales pour Désordre Global, qui disait ça grosso-modo:

Dans notre monde mené par le capitalisme, il faut que l'argent soit en mouvement. Si on n'utilise pas les pesticides, les gens se nourrissent et sont en bonne santé, peu d'argent circule. Mais on si on les utilise, les industriels de la chimie les produisent, les agriculteurs les achètent, les consommateurs sont malades, les medecins prescrivent des médicaments, les hopitaux se remplissent, les laboratoires font de la recherche, les agences de l'environnement viennent dépolluer les rivières, ... l'argent ne pourrait pas circuler plus !

06août

Tiens au fait, je suis contre la fusion nucléaire

Dans la série, je suis contre tout, et on va finir par me faire regretter le pétrole, je viens exposer les doutes quant à l'utopie technologique de l'énergie infinie apportée par la fusion nucléaire.

banderoleCadarache.JPG

Pour faire de la fusion, il faut des atomes aux noyaux légers. En l'occurrence du deutérium, que l'on trouve en très faible quantité dans l'eau de mer, et du titrium, introuvable sur terre et que l'on souhaite produire à partir de lithium.

  • le lithium n'est pas facile à extraire, et n'est pas présent sur tous les continents (Chili, Bolivie, Canada, Etats-Unis, Afghanistan, ...)
  • quelques grammes de titrium servent à faire une bombe atomique
  • il faut un réacteur qui résiste aux neutrons 10 fois plus puissants que ceux de la fission, dont l'impact transformera celui-ci en produit radioactif.
  • il faut remplacer un cinquième des parois du réacteur tous les ans, dont la radioactivité sera de l'ordre de grandeur de celle d'un coeur de centrale actuelle

icare_2.jpg

Frédéric Marillier de Greenpeace dénonce le projet :

« La fusion nucléaire pose exactement les mêmes problèmes que la fission nucléaire, y compris la production de déchets radioactifs et les risques d'accidents nucléaires et de prolifération »

Le physicien Sébastien Balibar, de l'École normale supérieure observe :

« On nous annonce que l'on va mettre le Soleil en boîte. La formule est jolie. Le problème, c'est que l'on ne sait pas fabriquer la boîte »,

Sources :

  • Manière de Voir #112, Aout-Septembre 2010 (il va inspirer plusieurs billets ce numéro!)
  • ITER

20janv.

Créer l'avenir aujourd'hui

« Il n'y a rien de romantique à vouloir changer le monde. C'est possible.

C'est l'œuvre à laquelle l'humanité s'est toujours dédiée. Je ne connais pas de vie meilleure que la vie avec enthousiasme, sur les utopies, toujours contre le caractère inévitable du chaos et du désespoir.

Notre monde est et sera le résultat des efforts que nous, ses habitants, lui consacrons. Comme la vie, qui a émergé du processus d'adaptation et de changement, le système social qui nous conduira à la réalisation de notre potentiel comme espèce, sortira de la circulation de la lutte et des efforts collectifs dans les différentes régions de la planète.

L'avenir est quelque chose qui est créé dans le présent, et ma responsabilité envers le présent est la seule grande responsabilité envers l'avenir.

La chose importante, je me rends compte maintenant, n'est pas voir tous vos rêves se réaliser, mais obstinément continuer à rêver. »

Gioconda Belli

16déc.

L'Indonésie, à cause de toi et moi

L'archipel indonésien est avec l'Amazonie et le Bassin du Congo l'une des trois zones les plus riches du monde pour la Biodiversité. Mais les ressources naturelles sont surexploitées et les espèces disparaissent à vitesse éclair. Depuis les années 60, c'est la chute libre.

Image courtesy of NASA's Earth Observatory / Google Earth.

Quelques faits

  • La déforestation avance à une vitesse équivalente à 5 stades par minute (300 stades par heure !)
  • La moitié des espèces de singe est menacée d’extinction.
  • L'archipel a ainsi perdu en 50 ans 72% de ses forêts anciennes.
  • Dans toute l'Asie, le nombre d'individus de tigres est passé de 100.000 à 4.000 en 100 ans.
  • Certains experts annoncent la disparation des Orang Outans en 2011 (espèce originaire d'indonésie), dont 80% de leur habitat a déjà été déboisé

palmoil.jpg

Que se passe-t-il ?

  • Exploitation illégale de bois exotique ou pour céder la place à des plantations industrielles de palmiers à huile.
  • Près de 2 milliards de CO2 est rejetté tous les ans à cause de la destruction des tourbières (ce qui place l'Indonésie au top des émissions)
  • Les palmiers à huile épuisent les sols et multiplient les effets négatifs de la monoculture
  • Les populations autochtones qui sont expulsées de leurs terres
  • Utilisation intensive de produits chimiques (dont le tristement célèbre Paraquat, interdit dans nos pays)
  • Pratiques de corruption visant à faciliter l’extension des plantations

Indonesia-Kalimantan-Palangkaraya-Deforestation-1.jpg

L'huile de palme pour qui ?

Les produits qui en contiennent la nomme "huile végétale" ou "matières grasses végétales"

  • produits cosmétiques : L'Oreal, Palmolive, Dove, lait pour bébé,
  • agroalimentaire "occidental" : huile de friture, sauces, mayonnaise, chips, croûtons , soupes lyophilisées, viennoiseries, biscuits, etc
  • produits d'entretien
  • énergie : les @%&*# de biocarburants et bioplastiques

On peut tous agir en faisant *un peu* attention à ce qu'on achète. il faut sortir de l'état d'esprit qui consiste à dire "Je vais pas me priver sous pretexte qu'on vit dans un monde de merde".

08déc.

Deux films que j'aurais voulu voir

"Sans terres et sans reproches"

d'Eric Boutarin et Stéphanie Muzard Le Moing.

"Nos enfants nous accuseront..."

de Jean-Paul Jaud

27oct.

États d'âme

Récemment, j'ai reçu une proposition pour aller travailler deux semaines à Bali en Indonésie, avec un petit passage sur Toulouse.

Que se passe-t-il quand j'annonce que je vais faire environ 40 000 km en avion ? Rappellez-vous, Groland avait si bien résumé le bobo écolo !

Si je ne suis pas capable de refuser un taf à l'autre bout du monde pour rester cohérent avec mes valeurs, alors je n'ai plus le droit d'apporter de jugement sur l'écologie ! Heureusement il me reste encore bien d'autres domaines où j'arrive à rester en phase... héhéhé

Au delà des aspects professionnels, cette décision a été relativement difficile à prendre. Maintenant que je me suis engagé, je cherche à mettre des chiffres sur cette fameuse "empreinte écologique" que représente ce tour du monde. J'ai joué avec le site http://www.carbonfootprint.com, et voici les résultats :

  • le voyage : Buenos Aires - Frankfurt - Toulouse - Singapour - Bali - Sydney - Buenos Aires : 5.6 tonnes de CO2

Comparer

  • J'ai du faire un truc comme 25 000 km de bus et de bateaux en Amérique du Sud, soit environ 3 tonnes, et un aller-retour en France en Juillet, 2.5 tonnes
  • Ca fait deux ans que je n'utilise plus de voiture, les 40 000 km économisés avec une caisse genre Clio représentent 6.6 tonnes de CO2.
  • J'achète quasiment jamais de fringues, consomme tant que possible des produits locaux, de la saison, organiques, avec le moins d'emballage possible, pas de téléphone portable, ni cohonneries électroniques, préfère les randonnées aux centres commerciaux, pas de voiture, etc : impact 1.3 tonnes. Soit 10 tonnes de moins par an qu'un européen à la mode avec deux voitures et qui fait pas attention à ce qu'il achète.
  • Bilan ? ...pas terrible quand même. Un peu juste pour avoir la conscience tranquille, mais relativement suffisant pour contrer quelqu'un qui voudrait me titilller. Bien-sûr cela tient debout que si l'on se limite au CO2. L'avion c'est mal pour plein d'autres raisons. Ce n'est pas parce que les plantations de soja transgénique génèrent de la photosynthèse qu'on va les aimer.

Compenser

Il est possible de faire des dons pour financer des projets écologiques qui compenseront les dégats de mes activités occidentales. Tout s'achète dans ce monde. Pour compenser les 6 tonnes du voyage, je dois verser 200 euros à un des programmes suivants (seulement ? soit 68 euros après réduction d'impôt lis-je !) :

Connaissez-vous une autre solution ? si vous avez des commentaires et des suggestions, je me ferai un plaisir de vous lire !

14oct.

Trash Vortex

map Connaissiez-vous la plaque de déchet du Pacifique Nord ? Un vortex de courants marins qui retient les déchets de l'Occident ?

Allez, hop, un petit billet fourre-tout désordonné comme je les aime :)

En Europe, les classes modestes et moyennes adorent le supermarché, notamment pour gagner du temps (qu'ils perdent ensuite généralement en regardant la télé mais c'est un autre débat). Ils consomment une quantité de plastique phénoménale pour tous ces produits emballés et suremballés (légumes, viande, pain, patisseries, ...). Sans parler de l'ambiance, de la pollution du trajet en voiture, du gaspillage, des dépenses inutiles, ...

En revanche, en Amérique du Sud, ce sont les classes moyennes et hautes qui vont au Carrefour (pour se la raconter premier monde), les autres, c'est à dire la majorité, vont au marché ou au marchand de légumes du coin, avec leur panier, et le vendeur emballe vite fait dans du papier journal. La différence de l'impact écologique est abyssale. J'imagine que c'est pareil pour les autres pays de l'hémisphère sud.

Petit rappel :

  • le plastique est 100% non-biodègradable, il se fragmente mais ne disparait jamais
  • 10% des 100 millions de tonnes de plastique produites par an fini dans la mer
  • les emballages représentent 50% en volume et 30% en poids des 27 millions de tonnes d’ordures ménagères produites chaque année par les français

La plaque de déchet du Pacifique Nord (aka Trash Vortex) :

  • 2 fois la taille du Texas (10 millions de miles carrés)
  • L'eau contient 6 fois plus de plastique que de plancton
  • 1 million de poissons-volants et 100 000 mammifères marins et tortues tués chaque année à cause du plastique

Plus d'infos :

20août

Chênelet, des logements sociaux écologiques

Je vous conseille d'écouter l'émission Terre à Terre du 16 août 2008 sur France Culture, qui présente les logements sociaux écologiques de l'association Chênelet.

L'association a pour objectif d'aider les personnes en difficulté à travers le travail en construisant des logements sociaux. Les techniques de construction s'orientent autour de l'écologie et de l'économie en terme de coût et d'énergie :

Voyez les photos du chantier de Saint-Denis.

J'admire ces associations qui se battent contre les idées reçues, contre les normes en vigueur, contre le leroymerlinisme... et qui au final apportent une vision moderne de ce qu'ont toujours fait nos anciens et nos voisins de l'hermisphère sud :

26sept.

Noe, l'écologie participative


Voilà un site génial auquel je pourrais devenir accroc si les cybercafés n'étaient pas des lieux aussi glauques.

Visitez http://www.noe.org

Le principe est simple :

  • Vous soumettez vos idées écolos
  • Vous votez pour les idées des autres

On obtient une ruche d'idées fabuleuses, il y en a déjà presque 1000 ! Voici pour chaque thématique, les idées les plus soutenues :

  • Climat et énergie : Mort programmee des ampoules a filament
  • Biodiversité : Replanter des haies
  • Santé : Développement du vélo
  • Production et consommation : Interdire les 4x4 et autres véhicules du genre, dans les grandes villes, sauf sous justification (professionnel)
  • Gouvernance : Plein d'air à l'école !
  • Compétitivité : Aider la recherche et les entreprises qui développent des produits "verts"

Je voulais proposer des idées, mais elles avaient déjà été postées. Pendant la prochaine rando, je me creuse un peu plus les méninges !

(J'ai découvert cette merveille sur le standblog).

26sept.

Prommata, Matériel Agricole Moderne A Traction Animale

J'avais découvert cette association ariégeoise dans le magazine toulousain Friture. En voyageant, je prends conscience de la puissance des idées de ce groupe de passionnés.

Ils développent des outils modernes d'agriculture à traction animale pour les petits paysans oubliés. Ils font des formations pour utiliser et fabriquer leurs outils. Leurs outils sont interchangeables et sont fabricables et réparables dans des petits ateliers, ce qui n'enferme pas le cultivateur dans la technique.

Ici, en Amérique du Sud, on voit souvent des paysans bêcher à la main, alors que leurs ânes s'ennuient au bord du champ. Les outils ne sont pas adaptés, sont trop vieux et rouillent.

L'agriculture du futur, à découvrir ! Leur site est vraiment bien fichu : http://www.prommata.org

30avr.

Alerte à Babylone

Extrait chopé sur le web2zero

26avr.

www

19mar.

L'EPR noel est une ordure

Samedi nous étions à la manifestation contre l'EPR, dont j'avais déjà parlé. Le mouvement représentait environ 5000 personnes, dont une centaine de Verts accompagnés de Dominique Voynet. Apparemment environ 62000 personnes s'étaient mobilisées dans toute la France, avec un maximum à Rennes, puisque c'est dans leur région que le projet est prévu.

L'EPR c'est mal parce que :

  • il coute très cher à construire et la gestion des déchets encore plus
  • ce n'est pas un produit d'avenir puisque la technologie est déjà dépassée
  • il produit seulement 600 MegaWatts de plus que ses prédécesseurs
  • il ne génère pas beaucoup d'emplois
  • il produit seulement 10% de déchets mais ils sont beaucoup plus toxiques
  • il présente le même danger que les vielles centrales pendant les canicules
  • il faut construire de nouvelles lignes à très haute tension (THT), qui sont une source prouvée de leucémies et cancers
  • il ne résiste pas aux attaques par avion kamikaze
  • il ne rend pas le pays indépendant en énergie puisqu'il faut se procurer de l'uranium, ressource qui se raréfie
  • il ne diminuerait que de très peu les émissions de CO2

Si on utilisait cet argent dans la construction de centrales à énergie propre, ce serait bien parce que :

  • le budget est éclaté par région, et donc plus maîtrisable
  • ce sont des technologies qui n'engagent pas plusieurs générations
  • cela génèrerait beaucoup d'emplois à tous les niveaux (technologies et matériaux moins exigeants)
  • aucun déchet
  • aucun danger
  • distribution éclatée avec le réseau électrique actuel
  • le pays s'indépendantise en énergie

Malheureusement seuls les Verts et l'extrème-gauche se sont opposés à ce projet. J'imagine que Nicolas Hulot doit se sentir trahit.

Quelques liens :

Et je finis par une citation de Bram Bargh, laissée sur l'autre post : l'EPR n'est qu'une raffarinade de plus pour plaire aux industriels et aux hommes politiques locaux qui, crédules, espéraient un grand chantier pour mettre leurs administrés au travail. Sauf qu'il est bien clair qu'EDF et Areva sont queues et chemises. A la "je t'aime, moi non plus", ils s'enrichissent sur le dos du contribuable et du français moyen. Et pourtant... les centrales nucléaires sont de moins en moins conduites par des gens expérimentés et qui comprennent ce qu'ils font, idem chez Areva où les gestionnaires ont mis en pré-retraite forcée les forces vives. Serrons les fesses que ça ne pête pas !

07mar.

Les écotartuffes

J'écris ce billet comme on jette un gobelet dans une corbeille de bureau dont le sac vient d'être remplacé. Ça risque d'être décousu, mais c'est pour mieux vous servir.

Des écotartufes, à Toulouse il y en a plein. Ils se ventent d'être écolo, mais quand on regarde de plus près c'est très risible. Ils utilisent des blocs de produits chimiques dans la cuvette pour faire caca dans de l'eau turquoise, ils prennent la voiture pour faire 500m, ils prennent des bains, ils emploient du liquide vaisselle à l'amende douce qui demande 40 litres d'eaux pour dégraisser un plat à gratin, ils ont des machines à pain (le dernier truc à la mode qui consomme 4 Megawatt pour obtenir un pain de mie incomparable avec ceux qui sont fait par nos pauvres boulangers). Après ils observent avec dédain ceux qui passent un an au Moyen-Orient.

Des politicotartuffes, aussi, bien visibles ces temps-ci. Ils sont représentants ATTAC mais placent leur salaire de 6000 euros dans des banques partenaires avec les pires firmes multinationales, ils pensent que Zidane devrait aller en prison tellement son salaire est supérieur au leur. Il y a aussi ceux qui sont au premier rang des manifestations pour la sauvegarde des services publics et des droits sociaux, mais qui ne font rien d'autre que dépenser leur RMI dans des huiles essentielles pour les séances de massage qu'ils exercent au black. Des enfants rebelles de familles aisées dont les premiers étages de la pyramide des besoins ont été assuré par des générations de travailleurs, et dont le droit de se plaindre contre la société leur est offert par ceux qui payent des impôts.

Je voulais surtout parler d'alimentation. On entend souvent "je fais hyper gaffe à ce que je mange". Evidemment, on est toujours surpris d'entendre ça quand on voit que le frigo et les placards sont remplis avec des produits comme Bridelight 10% mat.gr., salades Bonduelles sous vide, soupes en TetraBrick, purée Mousline, yaourts 0% matière grasse... Bref, des produits chimiques et bien évidemment listés en rouge dans le guide des OGM de Greenpeace.

En fait c'est vrai, il n'y a pas de limite, on peut reprocher au consommateur :

  • d'acheter des produits sans se soucier de l'origine et des conditions de fabrication
  • d'acheter des produits commerce-équitable qui traversent la planète et dont seulement 10% de la différence de prix est reversé aux producteurs
  • d'acheter des produits Bio dont le rendement est moindre et nécessite plus de terres cultivables, un label laxiste qui permet aux marques de se frayer un chemin dans cette frénésie commerciale
  • d'aller faire ses courses au marché sans se soucier de la saison de récolte des produits qu'il achète, cautionnant ainsi les poids-lourds qui traversent l'Europe, la culture sous serre avec des engrais et de la lumière artificielle
  • d'aller faire ses courses au marché des petits producteurs qui optimisent mal le chargement de leur camionnette et consomment du carburant pour se rendre sur les marchés

Comme j'habite loin de ma Mamie, on va au marché des petits producteurs. Si je m'installais sur Toulouse, j'intégrerais une AMAP (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne). Le principe est simple : vous payez à l'avance des paniers de produits de la ferme que vous récupérez à des endroits, fréquences, horaires définies avec le maraîcher.

L'AMAP est :

  • pour le paysan, le maintien de l'activité agricole par la garantie de revenu ;
  • pour le consommateur, des aliments frais, de saison, souvent biologiques, produits à partir de variétés végétales ou races animales de terroir ou anciennes ;
  • un prix équitable pour les deux partenaires.

Une telle association est considérée comme participant de l'économie solidaire, selon les critères suivants :

  • un lien direct, sans intermédiaire, entre le producteur et le consommateur ;
  • les consommateurs s'engagent à l'avance, pour une saison de production ;
  • ils partagent les aléas climatiques qui peuvent modifier à la baisse, la quantité de produits calculée et planifiée par le producteur ;
  • le prix du panier est calculé en fonction des coûts de productions et non pas au poids de la marchandise.

Le fermier n'est plus dans l'économie de marché et garde une indépendance par rapport au système de grande distribution.

Il y en a plusieurs dizaines dans la région Parisienne, une soixantaine en Midi-Pyrénnées, ... renseignez-vous !

23fév.

Souvenez-vous du miel ?

Il y a quelques mois, nous avions passé un weekend à la montagne, chez une apicultrice. Elle avait un petit musée et parlait des méchants insecticides.

D'ailleurs c'est toujours un plaisir de rencontrer des spécialistes, ils vous parlent de leur métier... C'est beaucoup intéressant que l'encadré de texte dessiné sur le pot de miel qui vient de Hongrie ou d'Argentine.

Bref, j'ai appris cette semaine qu'un député réclame une commission d'enquête sur la surmortalité des abeilles. Apparemment la production de miel a chuté de 33000 à 10000 tonnes. "Même le colza il donne plus rien" disent-ils.

« Si l’abeille venait à disparaître, l’homme n’aurait plus que quelques années à vivre », prophétisait Einstein, en effet 80% des cultures de la planète dépendraient de la pollinisation.

Et on peut signer une pétition et agir... ou continuer à acheter du miel chimique 0% bio santé mes couilles.

Edit : Et on en parle sur Sciences et Nature

15janv.

EPR versus ITER

On entends toujours parler des histoires de nucléaire, de projets, de manifestations écolos à droite à gauche... mais on est souvent réveillés trop tard, quand tout est signé, voté, magouillé. Cela m'avait fait ça avec la loi Perben-Sarkozy, après DADVSI j'avais suivi un peu mieux le débat, mais là avec l'EPR je tombe des nues.

En France, la majorité des centrales nucléaires ont été construites dans les années 80, la durée de vie a été réestimée à 40 ans et pas 30 ! En 2020, il y aura donc l'"effet de falaise", par quoi faudra-t-il les remplacer ? "Par l'EPR !" crient Areva et EDF, qui mènent la dance dans le domaine chez nos voisins Français.

Mais il fallait un gouvernement sacrément abruti pour signer un plan pareil. En effet, le Réacteur Pressurisé Européen est une nouvelle machine, légerement plus performante, avec des mesures de sécurité renforcées, mais de technologie semblable ! Comment faire pour que ce soit signé tant que Raffarin était au pouvoir ? ...Areva et EDF ont révélé le caractère urgent de la décision à prendre, en annonçant 17 ans de fabrication ! Diffusée dans des tas de documents officiels, cautionné par une noria de scientifiques nucléaristes, répétée à l'infini dans tous les cercles parlemantaires, ministériels, et jusqu'à la présidence de la République, cette intox a très bien fonctionné. De plus la CGT-EDF, déjà en lutte pour le maintien du statut de son entreprise, a fait savoir qu'elle ficherait le bazar si l'on ne donnait pas sans attendre à sa boutique cet os nucléaire à ronger.

Bon, vous n'êtes pas choqués, c'est normal, 17 ans. Oui, sauf que Areva a discrètement promis à la Finlande de lui fournir un EPR prêt à l'usage en 2009. Fumiers !

Les écolos ne sont pas les seuls à s'opposer à l'EPR, de nombreux scientifiques le voient comme un engin déjà dépassé. Ce qui est choquant, c'est que le gouvernement ait choisi de relancer un programme colossal, qui va coûter des milliards (à côté les crédits des chercheurs, la sécu et les intermittents, ce sont des crottes de nez), alors qu'une technologie innovante devrait être opérationnelle en 2035. En effet, le tokamak, une machine radicalement différente, fonctionnant par la fusion des atomes d'hydrogène, un peu à la manière du soleil, est en construction à Cadarache, en Provence. Absolument pas dangereux, brûlant une ressource inépuisable et pas chère, ce projet international Iter n'enrichira pas directement EDF et Areva.

Il fût une époque où il y avait un VIE au Qatar, lecteur de ce blog, qui se disait de droite et pragmatique...c'est drôle il bossait chez Areva.

Sources

11janv.

Ca va être tout noir !

Le 1er Février sortira, à Paris, le nouveau rapport du groupe d'experts climatiques des Nations Unies.

L'Alliance pour la Planète (groupement national d'associations environnementales) lance un appel simple à tous les citoyens, 5 minutes de répit pour la planète :

tout le monde éteint ses veilles et lumières le 1er février 2007 entre 19h55 et 20h00.

Ça ne prend pas longtemps, ça ne coûte rien, et ça montrera aux candidats à la Présidentielle que le changement climatique est un sujet qui doit peser dans le débat politique.

06sept.

Empreinte Ecologique


Vous êtes-vous déjà demandé quelles étaient les conséquences de votre mode de vie sur la nature? Vous allez le découvrir bientôt.

Ce Questionnaire sur l'Empreinte Ecologique mesure la quantité de terre et d'eau qui vous sont nécessaires pour produire ce que vous consommez et pour absorber ce que vous jetez.