cudjoe

C’est pourtant pas la mort à boire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

27janv.

On peut être surpris par les noms de communes...

En France, il y a une commune qui s'appelle "Y"

Au Pays de Galles, il y a une commune qui s'appelle "Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwllllantysiliogogogoch"

Ça fait partie des petites joies des développeurs :)

09août

L'Europe des fripons

Il n’y a plus aujourd’hui de Français, d’Allemands, d’Espagnols, d’Anglais même, quoiqu’on en dise ; il n’y a que des Européens. Tous ont les mêmes goûts, les mêmes passions, les mêmes mœurs, parce que aucun n’a reçu de forme nationale par une institution particulière. Tous dans les mêmes circonstances feront les mêmes choses ; tous se diront désintéressés et seront fripons [1]; tous parleront du bien public et ne penseront qu’à eux-mêmes ; tous vanteront la médiocrité et voudront être des Crésus ; ils n’ont d’ambition que pour le luxe, ils n’ont de passion que celle de l’or. Sûrs d’avoir avec lui tout ce qui les tente, tous se vendront au premier qui voudra les payer. Que leur importe à quel maître ils obéissent, de quel Etat ils suivent les loix ? Pourvu qu’ils trouvent de l’argent à voler et des femmes à corrompre, ils sont partout dans leur pays.

Jean-Jacques Rousseau, Écrits politiques, 1771-1772.

Notes

[1] Fripon: Personne malhonnête, fourbe, qui vole autrui par ruse.

30juin

Entrenous (pilote)

Steph me suggérait une idée, qui consisterait à refaire circuler régulièrement quelques bons plans de livres, de docus, de podcasts, d'émissions, de films... entre nous. J'avais amorcé ça au début du site avec les pages du wiki, mais je n'ai pas la motivation d'un animateur de wiki virtuel asynchrone. Pareil, les sites Web 2.0, Google Taste (?) et autres sont trop envahissants. Ici tu pourras dire que tu as aimé les ouvrages de Jean-Marc Rouillan sans être fiché dans Edvige ! Ici tu peux t'appeller Roger ou Yvette le temps d'une contribution !

carebear.jpg

L'idée serait d'utiliser les commentaires pour faire remonter les trouvailles du moment (de l'époque?). (Là, c'est la pression pour moi, faudrait pas que le vent souffle, vous comprenez."lache t com lol")

Livres

Podcasts

Docus & Films

J'ai pas vu grand chose récemment. Dans le coup je ne suis pas vraiment inspiré.

  • Le Premier Cri. Un docu bien trippant [1] qui montre l'accouchement dans les différents pays du monde. De circonstance.

Magazines

  • Manière de Voir. Pour l'instant, le meilleur magazine que j'ai eu l'occasion de lire. Des dossiers intelligents, bien faits, illustrés à merveille. Un plaisir.
  • Cerveau et Psycho. Je viens de découvrir. Ce mois-ci, il y avait un dossier sur la persuasion. Vraiment intéressant.

Notes

[1] produit par Disney je tiens à le souligner

19janv.

La privatisation de TF1

La Télé Libre nous propose de nous souvenir comment un jour, TF1, une chaîne publique a été privatisée. Sur quelles promesses et mensonges…

10déc.

Les dangers des achats sur Internet

conseil-amazon.png

L'exemple ci-dessus qu'ils m'ont envoyé par mail montre que l'historique de mes commandes leur permet de me cerner avec précision !

À une époque pas si lointaine (années 80), les militaires de la dictature argentine débarquaient chez vous pour inspecter vos étagères... un livre de gauchiste et vous êtiez bayonné, entassé dans un hélicoptère et balancé à 300m de haut dans le delta de La Plata.

màj : Aujourd'hui, en France, la police débarque avec des journalistes, on vous colle l'étiquette "terroriste", l'effet mediatique est tel que les démentis seront insignifiants, et votre vie est foutue. Beaucoup plus subtile, mais tout aussi efficace.

11sept.

La situation en Bolivie

Voici un extrait de l'émission Là Bas si j'y suis, sur France Inter (podcast), qui explique la situation en Bolivie, je vous la recommande, c'est ce que j'aurais tenté d'expliquer de manière beaucoup plus destructurée et orientée si on m'avait posé la question :)

À écouter (10min) ou télécharger (9.1Mo)

Décidemment, ces derniers jours je suis ravi des sujets abordés dans les émissions de Radio France :

05juin

Not' medialab

Un medialab, ou un hacklab, c'est d'abord des gens et un lieu.

Les membres du medialab se rencontrent pour expérimenter, débattre, diffuser et réaliser des projets dans ce lieu autonome, qu'on appelle laboratoire.

Les membres et leurs projets suivent généralement une ligne politique, une éthique collectiviste et des objectifs sociaux.

On y privilégie génèralement l'utilisation des logiciels libres, la protection des droits civiques, la diffusion de la culture libre et les systèmes d'organisation et d'apprentissage collaboratifs.

Un précision importante sur le mot hacker, ici il ne fait pas référence au spécialiste de la sécurite informatique, mais à l'hacktiviste. Un Hacker comme virtuose de la technologie et activiste politique que l'on retrouve le plus souvent dans les luttes libertaires, antifascistes, altermondialistes, ...

Notre histoire

Par hasard, Eli et moi avons rencontré un petit groupe de potes. Au fil du temps, après quelques bons repas et quelques sorties, nous nous sommes rendus compte que nous partagions les mêmes valeurs et ambitions. Parmis eux, deux italiens, qui avaient participé à la création du medialab bugslab à Rome, et un hacker argentin, l'auteur de la burnstation ancien membre du medialab de riereta a Barcelone et Luca, codeur sur la Reactable.

Nous avons commencé à nous rencontrer régulièrement, avec comme objectifs de former cet atelier de contre-culture. Aujourd'hui on s'appelle Crehacktivo. (enfin je crois, parce qu'il manque encore des votes :))

Notre objectif c'est d'échanger et de rencontrer des gens. Nous utilisons Internet et la technologie mais elles ne substituent pas à l'humain et la bonne bière. Il y a beaucoup de choses qui définissent notre projet, et j'occulte involontairement un grand nombre de facettes. Venez-donc nous voir ;)

Hangar

Hangar, Barcelona, c'est LA référence en matière d'art et de technologie en Europe. Ils proposaient une bourse de plusieurs milliers d'euros et une résidence dans un centre culturel à Buenos Aires. Nous avons préparé et présenté notre projet de dispositif de diffusion de culture libre : la burnstation, en collaborant avec une artiste espagnole experte en évènementiel. L'idée était de construire et d'utiliser cette borne interactive pour rétablir le lien entre les artistes et le public à travers différents évenements artistiques dans la capitale. Nous sommes parmis les 7 préselectionnés parmis plus de 60 projets.

Ateliers

Petit à petit nous avons commencé à entrer dans le cercle de la contre-culture à Buenos Aires. Radio communautaires, Centres culturels auto-gérés, Festival du libre indépendant, Festival de logiciels libres, ... En regardant de plus près, nous avons vu que nous avions un rôle à jouer au niveau de l'indépendance des medias utilisés pour ce genre d'évenements. Par exemple, bon nombre hébergent leur site et leur mail chez Google, YouTube, Yahoo ou Microsoft, l'idée étant bien sûr de fédérer ces mouvements vers une plateforme qui soit plus en phase avec leurs messages.

Nous avons donc préparé un certain d'ateliers ou de présentations, qui visent à sensibiliser ces groupes au sujet :

  • Autodéfense digitale (serveur auto-géré sans log, plateforme de videos ...)
  • Copyleft (licences, pratique et éthique)
  • Les logiciels libres et l'art
  • Plateformes de diffusion de medias avec les logiciels libres
  • Outils collaboratifs

Nous sommes également en train de faire un cursus complet pour apprendre à programmer en PHP, et on fait des sites Web en CMS pour faire rentrer un peu d'argent.

La radio est vraiment intéressé par la diffusion de media in-situ, car ils sont obligés des téléphones portables pour les reportages en direct... Dommage on aura pas le temps d'implémenter tout ça avant les 80 ans du Ché.

Le futur...

À long terme, les idées sont infinies.

Nous mettons l'accent sur les ateliers et la promotion du libre. On devrait récupérer petit à petit, machines, serveurs, et construire petit à petit un cybercafé à contribution libre, qui nous servirait de salle de cours le soir par exemple.

Lorsque notre identité sera plus solide, nous aurons notre serveur auto-géré. Il permettra aux artistes d'heberger leurs oeuvres, aux collectifs d'émettre leurs émissions, aux utilisateurs d'avoir un email libre et sans publicité, des blogs, des videos en ligne avec sous-titres, ... et moult encore qué-sé-yo.

Un lieu ?

Pour l'instant, le collectif FM La Tribu, une radio communtaire qui émet en FM et sur le net, nous fournit les moyens nécessaires à la réalisation de notre projet, et se félicite d'ajouter à leur arc les ateliers que nous proposons. De plus ce collectif a le mérite d'être extrèmement éclectique. Nous y rencontrons d'autres collectifs, des artistes, des journalistes, des video-activistes, des agriculteurs en mal de graine transgénique,... bref La Tribu c'est la tribune de beaucoup de combats sociaux.

Le laboratoire sert aussi de local pour travailleurs autonomes. Plutôt de rester seul chez soi, on travaille ensemble, on échange et collabore.

Quelques confrères...

Tous les groupes ne choisissent pas de s'appeller "hacklabs", ce qui est probablement notre cas. Les sites web ne traduisent pas vraiment non plus l'ambiance qui reigne dans ces collectifs indépendants et activistes, mais si vous tenez vraiment à cliquer, vous trouverez votre bonheur sur cette page par exemple.

Et en Argentine ? LowLab, le seul hacklab ?

Fernets, réseaux wifi libres à Cordoba.

Videos...

Toutes celles que j'ai sont en espagnol, d'où l'intérêt de subvideo.tv

30mai

Esta hecho boludo !

Souvenez-vous, je vous parlais il y a quelques semaines d'une idée de projet d'édition de sous-titres en wiki avec visualisation online.

Resaca, l'ami du media lab qu'on est en train de monter (aah d'ailleurs il faut que je vous parle de tout ça), nous a dégoté un site allemand qui a implémenté cette idée.

C'est un reproducteur (player) Flash, qui sait afficher en superposition (overlay) les sous-titres (subtitles) avec un éditeur wiki (editor) en ligne.

Il ne devait pas y avoir trop de soucis pour récupérer tout ça, ils sont dans la même direction activiste et contreculturelle que nous.

12mai

Tibet, l'histoire.

Pour ceux qui s'intéresseraient (encore) à la question du Tibet, je vous propose deux ressources, particulièrement pertinantes et abouties :

(Attention, ces émissions sont réalisées par des gens qui s'expriment dans un français correct)

Alors, oui, vous êtes saoulés par la question, parce que Jean-Pierre Pernault vous a bassiné avec ça tous les jours à base de chroniques d'une minute et demi. Et puis c'est vrai l'histoire ne sert à rien, ce qui compte ce sont les faits, Sarkozy, Coca-Cola et Samsung aux Jeux Olympiques. Ne vous en faites pas, ménagez la disponibilité de votre cerveau pour vos émissions de merde, faites semblant de cliquer sur les liens ci-dessus et retournez à ce que vous êtes en train de faire.

(photo : The Tibet Album)

12mai

Une question qui revient souvent...

Comment on gagne sa vie avec les logiciels libres ?

Il y a plusieurs réponses, surtout en ce qui concerne le développement de logiciels libres par les entreprises (Canonical, Novel, Sun, IBM ...). Mais qu'en est-il des geeks au foyer ?

La logique grossière de la culture libre repose sur la réflexion suivante : "Pourquoi garder pour moi ce qui pourrait plaire à des milliers de gens ?". Alors on se demande "Pourquoi garder pour moi le logiciel que j'achète, puisque sa copie ne m'en dépossède pas ?".

Au lieu d'acheter un logiciel propriétaire, que je ne peux pas redistribuer sans violer la licence, je peux chercher des développeurs qui implémenteront ce dont j'ai besoin, et qui publieront leur création sous license libre, bénéficiant ainsi à toute l'humanité.

C'est l'objectif des sites suivants : vous avez une idée, vous proposez une somme d'argent, un geek-au-foyer l'implémente et empoche les sous !

Dommage que je n'aies pas le niveau : l'implémentation de l'audio/video dans http://pidgin.im rapporterait 5000 $US + 400€ (aargh, je viens de me trahir, je suis geek au foyer...)

10mai

Les sous-titres de Codebreakers

En 2006, la BBC a produit un documentaire sur les Logiciels Libres, et l'a publié sous une license Creative Commons. Je viens de voir que l'association toulousaine Toulibre a publié les sous-titres en français pour le projetter au cinéma Utopia.

Bon, tout ça pour vous dire que je suis en train de réfléchir à un soft qui permettrait d'éditer les sous-titres des videos en ligne, à la manière d'un wiki. En gros, ce serait :

  • une plateforme du style YouTube, avec le logiciel libre phpmotion.
  • un hack du logiciel libre JW FLV Media Player pour afficher des sous-titres en superposition
  • un mode d'édition qui serait un mix entre l'édition collaborative de wikisubtitles et l'aperçu en temps réel de dotsub

Reste à réflechir comment on pourrait incruster les sous-titres pour qu'ils soient visibles dans les videos du vodcast (canal Miro).

Si quelqu'un est intéressé, qu'il se joigne à nous !

07mai

Copyleft

Ce weekend c'était la 7ème Feria del Libro Independiente y A(...), FLIA, un évènement de contreculture, en réponse à la féria du livre qui se déroule actuellement à Buenos Aires. On pouvait y rencontrer un certain nombre de stands, avec de la poésie urbaine, les principaux fanzines du coin, les radios associatives, ... , bref un lieu de rencontres pour ceux qui s'intéressent de près ou de loin aux alternatives à la culture hégémonique et pyramidale que tout le monde connait.

L'ami Franco en a profité pour faire une présentation sur le copyleft. L'objectif était de faire découvrir ce type de license aux auteurs et artistes présents. Voici quelques idées clés :

  • Par défaut, toutes vos créations vous appartiennent (quelquesoit leur complexité)
  • Par défaut, toutes vos créations sont copyright.

Votre oeuvre est dite copyleft si vous ajoutez les conditions suivantes :

  • Vous autorisez la copie et les dérivés
  • Vous exigez être cité comme l'auteur de l'original
  • Vous exigez que les copies et dérivés soient aussi diffusés en copyleft (effet viral)

Il y a en général beaucoup de confusion autour des termes "copyleft", "creative commons", "logiciel libre", "open source"...

copyleft :

  • copyleft = copyright + conditions (voir plus haut)
  • copyleft est donc compatible avec le copyright !
  • Vous n'offrez pas vos droits d'auteur avec le copyleft, vous les exercez !

creative commons :

  • c'est un ensemble de licenses
  • seule la CC-BY-SA est copyleft

logiciel libre :

  • liberté d'utiliser, de copier, d'étudier, de redistribuer le logiciel
  • certaines licenses de logiciel libre sont trop restrictives pour être qualifiées de copyleft

open source :

  • liberté d'étudier le logiciel
  • ce n'est pas synonime de logiciel libre car il manque les 3 autres libertés

Autrefois, les droits d'exploitation commerciale d'une oeuvre était de 14 ans après la création. Puis, ils ont été étendus, jusqu'à la mort de l'artiste. Ils sont aujourd'hui à 80 ans post-mortem, selon les pays. Une fois ce temps écoulé, ils rejoignent le domaine publique.

C'est grace aux contes du domaine publique que la firme Walt Disney a pu faire des films sur la Petite Sirène, Aladin, etc... Ce qui est dommage, c'est que Disney fait souvent pression pour étendre la durée des droits d'exploitation commerciale pour ne pas que Mickey Mouse ne devienne publique.

En Espagne, il y a environ 60 000 livres édités sur papier en une année. Parmi ces titres, moins de 100 seront vendus à plus de 10000 copies. Les autres 99,5% publient et continueront à publier des livres sans gagner d'argent !

L'homme apprend en copiant, depuis la nuit des temps. Les génies absolus n'existent pas, ils évoluent toujours dans un environnement qui conditionne leur créativité. Les firmes s'approprient la culture et vous interdisent d'intéragir avec les oeuvres. Voilà pourquoi il est primordial de préserver la culture libre et décentralisée.

18fév.

Hierarchisation des souffrances

J'ai bien aimé ce récapitulatif des réactions des différents hommes du paysage politique. Il permet de voir que nous avons une belle brochette de pourritures à droite. Ils prononcent des belles paroles sur le racisme, la tolérance et le respect, mais ils se cachent bien de préciser qu'ils ont été élus par des Français égoïstes et racistes (lisez-moi cet enculé de Devedjian, ancien membre du groupe extreme droite Occident).

"Comment réagira une famille très catholique ou musulmane quand on demandera à leur fils ou à leur fille d'incarner le souvenir d'un petit juif?", se demande Simone Weil.

La Shoah, l'holocaust, la déportation... sont schématisés comme étant les actes barbares de nos voisins allemands, mais qu'en est-il de nos actes barbares à nous ? Les 400 ans de commerce triangulaire ? La capture, le transport et la commercialisation de 11 millions d'Africains ? Des siècles de monstruosités qui ont fondé notre économie, et qui nous permettent encore aujourd'hui d'exploiter l'hémisphère sud ?

Ne faudrait-il pas commencer par là, en ajoutant par exemple, ne serait-ce qu'un chapitre à ce sujet dans les livres d'histoire ?

  • Avez-vous déjà vu un seul film qui mette en scène des Français s'enrichissant grâce à la traite des Noirs ? l'esclavage du sucre, du café, du caoutchouc ?
  • Avez-vous déjà vu un seul film qui relate l'extermination des millions d'Indiens sud américains ? l'horreur des mines de Potosi, le massacre des locaux pour les terres ?
  • Et combien en connaissez-vous sur la gloire de la résistance ou l'horreur de l'holocaust ?

maj: J'ai bien aimé la parodie de LinuxFr !

24janv.

Les laboratoires Bell

J'étais tranquillement en train de geeker Jules-Édouard, et voici que je tombe sur la page de Bell Labs sur Wikipedia. J'ai tout bonnement hallu-ciné !

Voici la liste des inventions, spécifications ou accomplissements des employés de cette petite SARL américaine :

  • 1925: le facsimilie (Fax !)
  • 1925: l'enregistrement du son haute définition
  • 1925: les spécifications de l'ingénierie système
  • 1927: transmission de la télévision à distance, synchronization du son des films
  • 1932: la radio astronomie
  • 1933: la son en stéréo
  • 1937: le synthétiseur vocal
  • 1939: l'ordinateur digital binaire
  • 1940: le control d'un ordinateur à distance
  • 1946: le téléphone mobile
  • 1947: le transistor !, les télécommunications cellulaires !
  • 1948: la théorie de l'information (Shannon)
  • 1949: la cryptographie moderne (Shannon)
  • 1951: l'appel téléphonique longue distance sans opérateur
  • 1954: la cellule photovoltaique
  • 1956: le cable téléphone transatlantique
  • 1957: la musique éléctronique, les algorithmes de Prim et Kruskal
  • 1958: le laser !
  • 1962: la synthèse vocale d'un texte, le bipeur (le Tatoo !, "Pager" en Anglais), le satellite de télécommunications
  • 1963: le téléphone à touches !
  • 1964: la découverte du fond diffus cosmologique
  • 1965: l'évidence du big-bang
  • 1969: le système d'exploitation UNIX
  • 1972: le language C
  • 1976: le language S
  • 1977: les télécommunications sur fibre optique
  • 1978: l'implémentation des télécommunications cellulaires
  • 1979: le processeur de signal numérique (DSP)
  • 1980: le téléphone cellulaire
  • 1983: le language C++
  • 1984: la transmission Gigabit, la puce de 1 Megaoctet, les algorithmes de programmation linéaire
  • 1988: la fibre optique transatlantique
  • 1990: le Wireless LAN
  • 1997: la télévision haute définition
  • 1999: le routeur optique
  • 2000: la découverte de la matière noire, le papier électronique (écran mou), l'ingénierie neuromorphique
  • 2003: le 30 000 ème brevet
  • 2004: la nano batterie
  • 2005: la transmission à 100 Gigabit par seconde

Les 15 dernières années j'ai filtré parce qu'on y comprend pas grand chose, mais quand on regarde le passé on se doute qu'on s'en servira un jour !

...je vous laisse faire vos "clic droit -> Chercher sur Google", la flemme de mettre les liens...

16déc.

Notre société prophétisée

En parlant de la France et de ses jolis moutons avec un pote, il m'est venu à l'idée de recopier ce texte d'Aldous Huxley, écrit en 1946, quinze ans après la parution du Meilleur des Mondes. Si vous ne le comprenez pas, procurez vous le livre, j'ai dû abréger un peu pour augmenter les chances qu'il soit lu.

[...] Le Meilleur des Mondes est un livre sur l'avenir, et quelles qu'en soient les qualités artistiques, un livre sur l'avenir ne peut nous intéresser que si ses prophéties ont l'apparence de choses dont la réalisation peut se concevoir.

[...]Il n'y a bien entendu aucune raison pour que les totalitarismes nouveaux ressemblent aux anciens. Le gouvernement au moyen de triques et de pelotons d'exécution, de famines artificielles, d'emprisonnements et de déportation en masse, est non seulement inhumain (cela personne ne s'en soucie fort de nos jours); il est -on peut le démontrer - inefficace : et dans une ère de technologie avancée, l'inefficacité est un péché contre le Saint-Esprit. Un état totalitaire vraiment efficient serait celui dans lequel le tout puissant comité exécutif des chefs politiques et leur armée de directeurs auraient la haute main sur une population d'esclaves qu'il serait inutile de contraindre, parce qu'ils auraient l'amour de leur servitude. La leur faire aimer - telle est la tâche assignée des états totalitaires d'aujourd'hui, aux ministères de la propagande, aux rédacteurs en chef de journaux et aux maîtres d'école. Mais leurs méthodes sont encore grossières et non scientifiques.



[...] Les plus grands triomphes en matière de propagande, ont été accomplis, non pas en faisant quelquechose mais en s'abstenant de le faire. Grande est la vérité, mais plus grand encore, du point de vue pratique, est le silence au sujet de la vérité. [...] Sans la sécurité économique, l'amour de la servitude n'a aucune possibilité de naître. Le tout-puissant comité exécutif et ses directeurs réussiront à résoudre le problème de la sécurité permanente. Mais la sécurité a tendance a tendance à être très rapidement prise comme allant de soi. Sa réalisation est simplement une révolution superficielle, extérieure. L'amour de la servitude ne peut être établi, sinon comme le résultat d'une révolution profonde, personnelle, dans les esprits et les corps humains. Pour effectuer cette révolution, il nous faudra, entre autres, les découvertes et les inventions ci-après.

  • D'abord une technique fortement améliorée de la suggestion - au moyen du conditionnement dans l'enfance, et plus tard à l'aide de drogues, telle que la scopolamine.
  • Secundo, une science complètement évoluée des différences humaines, permettant aux directeurs gouvernementaux d'assigner à tout individu donné sa place convenable dans la hiérarchie sociale et économique. ( Les chevilles rondes dans des trous carrés ont tendance à avoir des idées dangereuses sur le système social et à contaminer les autres de leur mécontentement ).
  • Tertio, un succédané de l'alcool et des autres narcotiques, quelque chose qui soit à la fois moins nocif et plus dispensateur de plaisir que le genièvre ou l'héroïne.
  • Quarto (mais ce serait là un projet à longue échéance, qui exigerait, pour être mené à une conclusion satisfaisante, des générations de mainmise totalitaire), un système d'eugénique à toute épreuve, conçu de façon à standardiser le produit humain et à faciliter la tâche des directeurs.

05août

Décrivons la planète !

Je viens de découvrir le site http://www.wikimapia.org ! Et je pourrais y passer des heures à repasser par les endroits où nous sommes passés, les lagunes, les volcans, les mines à ciel ouvert, les édifices...

C'est un GoogleEarth amélioré, avec des annotations, des zones actives, où chacun peut ajouter la description d'un lieu repéré (modéré) sur les photos satellites... un vrai régal !

03mai

Vous avez tout à perdre, votez pour l'avenir

Selon les précédents billets, vous connaissez mon point de vue sur la loi DADVSI, sur le droit d'auteur, la licence globale, l'accès libre à la culture, les brevets logiciels... Entre temps, les points de vue ont changé sur les DRM, et Jamendo a reçu son disque de platine.

Dans une certaine logique et continuité, je dois vous présenter le point de vue des candidats à la Présidence sur Internet et le Libre. (Ne vous inquiétez pas, pas de surprise.)

Coté Nicolas Sarkozy, l'APRIL (Association pour la promotion et la recherche en informatique libre) s'inquiète :

  • Avec sa réponse de dernière minute, l'APRIL comprend mieux ses hésitations à répondre à son questionnaire. Il montre, dans un court document de quatre pages, son incompétence, et celle de son entourage, sur des sujets aux enjeux sociétaux et économiques fondamentaux.
  • Plus grave encore, la vision présentée est celle d'un candidat qui n'a pas compris les différences fondamentales entre biens matériels et créations immatérielles.
  • Concernant la question des brevets logiciels il nous montre qu'il n'a pas saisi la différence de taille entre la révolution informationnelle et les révolutions industrielles qu'ont connues nos sociétés
  • Sur la question des DRM il est le seul candidat à se déclarer clairement pour le contrôle de l'usage privé des oeuvres numériques. De même, sur la loi DADVSI il persiste et ne renie rien. (Article sur Le Monde Informatique : Je ne reviendrai pas sur la DADVSI )
  • Sur la license globale, il s'affirme être totalement contre et prononce la plus grande absurdité qu'il soit : "je n'accepterai pas l'idée du vol organisé sous prétexte du jeunisme et de la société de l'information, parce qu'avec ça on tuera définitivement toute forme de création". (sur 01.net)

Une loi inquiétante se prépare en secret, tout le monde s'inquiète et des professionnels parlent de s'exiler. Bien plus liberticide encore que DADVSI, il faut pas la laisser passer comme cette dernière. Nicolas Sarkozy a déjà annoncé il y a quelques jours que s'il était élu il remettrait en chantier le contrôle automatique des réseaux (avec entre autres conservation des données de connexion) :

La ligue Odebi, organisation indépendante de défense des libertés numériques, appelle les internautes à faire barrage à Nicolas Sarkozy et à un internet bâillonné et sous surveillance.

Coté Ségolène Royal, l'APRIL fournit la réponse à son questionnaire et Obedi fournit ses réponses concernant l'Internet et les libertés

  • Elle se prononce clairement contre les mesures techniques de protection DRM
  • À propos de l'EUCD et de DADVSI, elle pense que la directive apparaît chaque jour un peu plus décalée et qu'il faut rééquilibrer les droits du public et ceux des ayant-droits. Elle indique être favorable à l'abrogation du titre Ier de la loi DADVSI ainsi que les amendements dits Vivendi
  • Elle est pour la licence globale, défendue par les artistes eux-même, qu’il s’agisse de la redevance pour copie privée ou d’un système forfaitaire pour les échanges gratuits entre personnes, et que ce n'est pas en mettant des millions de Français hors la loi, qu’on pourra sortir de ce débat par le haut.
  • Sur la vente liée (PC=Windows par ex.) elle affirme qu'«il est nécessaire de faire respecter la loi aussi dans ce secteur de la consommation». Elle se dit favorable à l'instauration d'un dispositif de recours collectif, inscrit dans son Pacte Présidentiel.
  • Elle rappelle également les déclarations qu'elle avait formulées à propos des formats ouverts pour l'administration à l'issue de son entretien avec Richard Stallman le 28 juin 2006.
  • Au niveau de l'éducation, elle est pour l'enseignement de l'informatique, d'une manière indépendante des produits et qui respecte le principe de neutralité scolaire.
  • Concernant la surveillance automatique des réseaux qui tueraient l'Internet en France, elle affirme que la lutte contre le terrorisme ne justifie pas de faire de la société française une société de surveillance. “Même les Etats-Unis de George W. Bush et leur “Patriot Act? post-11-Septembre n’ont jamais envisagé pareille conservation ou réglementation?.
  • S'assurer le statut indépendant de la CNIL, et instaurer un contrôle strict des fichiers de police et de sécurité
  • Elle annonce que le développement d’une société de la connaissance ouverte est une chance extraordinaire pour tous. Il faut avant tout respecter ce qui la rend possible : la protection de la vie privée, le régime de responsabilité limitée des intermédiaires techniques, les normes ouvertes et les logiciels libres, l’internet neutre et équitable, la liberté de s’exprimer, la possibilité de construire du nouveau à partir de ce qui existe déjà.
  • Elle veut un grand débat sur l’équilibre à trouver entre les exigences de sécurité et les risques que fait peser l’extension rapide, subreptice et sans contrôle des technologies de la surveillance

Enfin, rappelons la récente publication du rapport de Michel Rocard sur les enjeux du numérique, intitulé République 2.0 bêta : vers une société de la connaissance ouverte.

D'un côté le développement des technologies de surveillance et de verrous, de l'autre l'ouverture, la liberté.

Aujourd'hui on sait que la protection ne fonctionne pas, Tristan vous l'explique ici.

01mai

Big Brother : la vidéosurveillance qui vous épie et vous donne des ordres

George Orwell, écrit en 1948, un roman qui s'appelle 1984, décrivant une Grande-Bretagne où s'est instauré un régime de type totalitaire fortement inspiré à la fois du stalinisme et de certains éléments du nazisme. La liberté d'expression n’existe plus. Toutes les pensées sont minutieusement surveillées, et d’immenses affiches trônent dans les rues, indiquant à tous que « Big Brother vous regarde ».

Dans ce roman de science-fiction, le Parti a la mainmise sur les archives et fait accepter sa propre vérité historique en la truquant ; il pratique la désinformation et le lavage de cerveau pour asseoir le régime. Il fait aussi disparaître des personnes qui lui deviennent trop encombrantes et modifie leur passé, ou les fait passer, faux témoignages des intéressés à l'appui, pour des traîtres, des espions ou des saboteurs. C'est le principe de la « mutabilité du passé ».

Au domicile et sur les lieux de travail des membres du Parti, ainsi que dans les lieux publics, sont disposés des « télécrans », système de vidéo-surveillance et de télévision qui diffusent en permanence les messages du Parti. Les télécrans permettent à la police de la Pensée d’entendre et de voir ce qui se fait dans chaque pièce où s'en trouve un.

Science-fiction ?

En 2007, dans l'Angleterre orwellienne de Tony Blair, des caméras de vidéo surveillance ont été associées à des haut-parleurs placés dans les rues. Ainsi, la police peut non seulement vous surveiller, mais aussi s'adresser directement à vous, par exemple pour vous ordonner de ramasser le mégot que vous venez de jeter négligemment par terre...

Bientôt en France? "C'est possible avec Nicolas Sarkozy".

Sources :

30avr.

Alerte à Babylone

Extrait chopé sur le web2zero

26avr.

www

- page 1 de 3